[FAQtu] GOOGLE CORE UPDATE 2021

L'EXPÉRIENCE UTILISATEUR AU COEUR DE TA STRATÉGIE SEO

[FAQtu] Google Core Update 2021, l'expérience utilisateur au cœur de ta stratégie SEO

Google, c’est un peu le gourou de la recherche en ligne. Ce qui veut dire que c’est lui qui fixe les règles. Et que nous, petit·e·s acteur·trice·s de la visibilité en ligne, nous devons les respecter et les appliquer. Alors, quand il annonce la sortie d’un nouvel algorithme en mai 2021 qui pourrait bouleverser votre classement dans le célèbre moteur de recherche, nous sommes à l’affût et c’est notre mission de vous en informer. Tu as des questions? On les a anticipés, retrouve toutes les réponses dans cet article!

Peux-tu rappeler les critères de base du SEO?

Tout d’abord, faisons un petit rappel de ce qu’est le SEO. Ce drôle de sigle regroupe tous les éléments que les robots Google vont venir chercher sur ton site. Dans le fond, tout le contenu que tu proposes, c’est-à-dire :

  • La construction de ton site : l’ordre dans lequel sont rangées les pages dans ton menu et le respect des règles de construction dans le code.
  • Le contenu original : les contenus rédactionnels doivent être originaux, c’est-à-dire qu’aucun autre site ne doit le proposer. Sinon, ça s’appelle du contenu dupliqué et c’est très très mauvais.
  • Les mots-clés : tu as -du moins, nous l’espérons- défini une stratégie de mots-clés. Ces groupes de mots identifiés vont permettre d’identifier ton site sur les sujets que tu souhaites.
  • Le nom de domaine et la sécurité : quand le “s” s’est ajouté derrière le “http”, tu te souviens? C’est le protocole de sécurité. Puis si ton nom de domaine est en anglais, en français, référencé au Canada, en France, si c’est le gouvernement, une coopérative, un OSBL, tout ça est pris en compte, rien que dans ton nom de domaine -ne JAMAIS le choisir à la légère-.
  • Les balises : il y en a plusieurs, nous allons nous attarder sur les balises title, alt et href. Les premières, tu l’as compris, concernent les titres, les deuxièmes les images, et les troisièmes les liens. A toi de correctement les utiliser, en faisant jouer ta stratégie de mots-clés. Et -pitié!- ne fais pas une suite de mots sans queue ni tête, utilise des phrases.
  • La vitesse de chargement : tu es déjà resté·e sur un site qui mettait plus de 6 secondes à charger? Nous non plus.
  • Les méta descriptions : du jargon technique pour identifier les textes qui apparaissent sur les moteurs de recherche pour décrire une page.
  • Le responsive : encore un mot barbare pour dire que ton site est capable de s’adapter à tout type d’écran sans modifier la navigation et l’expérience de tes visiteurs.

Tous ces éléments sont utilisés par Google -Yahoo et Bing, pour ne citer que les plus gros- pour identifier ton site internet et le proposer dans les recherches des internautes lorsqu’il trouve ça pertinent. Nous allons t’en parler très prochainement en vidéo sur notre compte Instagram et notre page Facebook.
Mais n’oublie jamais, ton site est utilisé par des humains. C’est là qu’intervient l’expérience utilisateur, qui est au centre de la mise à jour de Google Core Update de mai prochain.

Que change l’algorithme Google Core Update dans mon SEO?

La mise à jour Core Update va accentuer la prise en compte de l’UX, soit l’expérience utilisateur -User eXperience pour les bilingues-. Donc les fameux humains dont nous te parlions plus haut? C’est d’eux dont il faut te préoccuper. Que tu aies un site one page ou avec trois milliards de pages, ça n’a pas d’importance, Core Update les loge à la même enseigne.

Tu vas donc devoir t’attarder sur le comportement de tes utilisateurs. Quelles sont les pages qu’ils fréquentent le plus? Combien de temps passent-ils sur ton site? Où est-ce qu’ils s’arrêtent? Est-ce que tes objectifs sont atteints -tu as dû définir des objectifs via Analytics et tes autres outils d’analyse, comme par exemple l’envoi du formulaire de contact, la validation du panier, les clics sur un piton en particulier-? Est-ce que ton site est plus visité sur desktop ou mobile? Pourquoi?

Une fois que tu as répondu à toutes ces questions, tu peux te pencher sur la performance de ton site web. Ce sont sur trois critères de performance que la Core Update est particulièrement exigeante.

  • La rapidité d’affichage du contenu de ton site : est-ce que tu es déjà resté·e sur un site quand la vidéo ou les images mettent du temps à charger? Ou quand une petite roue de chargement s’affiche? C’est sûr que non -je paye une bière à celui·celle qui me dit le contraire-. Ça a tendance à nous agacer donc nous allons chercher l’information ailleurs. Ca s’appelle le Largest Contentfull Paint.
  • La réactivité selon les actions : quand tu cliques sur un piton et que ça met un temps sans fin à te diriger vers la page finale, la mesure s’appelle le First Input Delay, et pareil que pour le contenu, ça tanne tout le monde.
  • La mesure de la stabilité visuelle : quand tu passes d’une page à l’autre sur un même site et que l’affichage n’est pas le même. Ça donne l’impression de ne pas être sur le même site et c’est très -très!- frustrant. Elle est mesurée par le Cumulative Layout Shift.

Ces trois éléments sont ceux auxquels tu vas prêter une attention particulière car ce sont eux qui sont mis en avant par la mise à jour du robot Google de mai 2021. Et la prise en compte de ses critères par ton site va être identifié par un symbole -comme le cadenas vert pour l’utilisation du HTTPS-.

Comment je peux faire pour m’adapter?

Pas de panique. Nous ne t’aurions pas donné tous les éléments qui vont, dans le meilleur des cas, ralentir ton référencement naturel s’il n’y avait pas de solution. C’est quasiment sûr que tu vas devoir optimiser ton site internet et que tu vas vérifier quelques affaires pour être dans les règles.

Les optimisations à faire

Faisons les choses dans l’ordre : va à l’essentiel. La performance est le premier critère à optimiser. Vérifie la vitesse de chargement de tes contenus, la rapidité des actions que ton site propose -tous les endroits de ton site où l’utilisateur peut cliquer, dans le fond- et qu’il n’y a pas d’incohérence entre tes pages -même haut et bas de page, charte graphique déclinée sur l’ensemble du site, cohérence dans le ton employé et la forme de tes contenus-.

La seconde chose va être de t’assurer que ton site est complètement adaptable sur les supports mobiles. Est-ce que tes pitons sont de la bonne taille -pour un doigt de taille moyenne on s’entend-? Est-ce que le contenu est affiché dans la bonne taille? Est-ce qu’il n’y a pas de changement majeur de présentation entre la version ordinateur et la version mobile? Tu peux aussi regarder si ton site fait appel à des pages AMP –Accelerated Mobile Page, encore de l’anglais- qui est un modèle open source soutenu par Google pour la conception des pages sur mobile -c’est cette technologie qui fait qu’un petit éclair s’affiche dans la zone d’URL-.

Les affaires à vérifier

Des critères sont pris en compte mais de manière secondaire, dirons-nous. Regarde d’abord si ton site est bien sécurisé : on se fait une piqûre de rappel avec le protocole SSL et que l’ensemble de la navigation sur ton outil est sécurisé, surtout si il y a du paiement en ligne -ce n’est plus une question de robot mais une question de confiance, à ce stade-. Puis tu peux en profiter pour vérifier tous les éléments qu’on a cité dans la première question. Un check-up n’a jamais fait de mal à personne.

Comment puis-je savoir quoi changer?

Bien sûr, si ton site répond à tous les critères, inutile de perdre du temps. Mais comment tu peux le savoir? Les outils d’analyse vont devenir tes meilleurs alliés.

D’abord, tu peux aller sur Analytics, c’est l’outil de mesure qui va te permettre de voir quelles pages sont les plus visitées, le temps de session de chaque utilisateur et ton taux de rebond -quand un utilisateur arrive sur ton site et s’en va aussi sec-, entre autres.

Ensuite, tu peux aller faire un tour avec Clarity, qui s’attarde vraiment sur le comportement de tes utilisateurs, page par page.

Un peu plus techniques, mais néanmoins très utiles, la Google Search Console et Lighthouse. Search Console va te permettre de déterminer sur quels mots-clés apparaît ton site et va t’indiquer toutes les erreurs techniques et autres incohérences page par page, avec les solutions à opérer. Lighthouse -mon petit chouchou du moment- est l’outil qui t’indiquer les performances de ton site internet en détaillant chacun des trois critères de performance importants pour Core Update. Pour faire les modifications, surtout de structure, il faut avoir de solides bases en développement. Si ce n’est pas le cas, ne t’aventure pas là-dedans seul·e et fais-toi aider d’un·e professionnel·le. Vaut mieux payer un peu que de se retrouver avec un site tout cassé, crois-moi.

Quel est le conseil de 25e heure?

Tes utilisateur·trice·s doivent être ta priorité et non les algorithmes. Parce que, dans le fond, ces petits robots sont là pour proposer les résultats les plus pertinents aux internautes. Tu dois rester constamment en éveil, à te demander si le contenu que tu proposes en ligne est optimal pour ta cible. Pour être au plus près de leurs attentes, tu peux réaliser des panels -c’est aussi appelé focus group– qui vont te permettre de recueillir leurs précieux avis. C’est aussi un bon moyen pour créer un lien fort avec ta communauté que de l’impliquer dans la création de tes outils de communication et marketing.

Nous te conseillons aussi vivement de te former aux outils d’analyses si ça n’est pas déjà fait. Ils sont gratuits -pour ceux cités-, autant les utiliser! Tu as des formations gratuites délivrées par Google -qui sont acceptables pour acquérir les bases- ou bien tu peux faire appel à des spécialistes du domaine. La meilleure formation reste la curiosité : fouille, regarde tous les éléments que renferment ces petites merveilles, échange avec d’autres entrepreuneur·se·s si tu as des questions et partage ton savoir tout neuf.

Notre objectif est de rendre plus simple et compréhensible le vaste univers du web. Si tu n’as pas le temps, pas l’envie ou que tu es convaincu·e que des professionnel·le·s du numérique feront cette job-là plus rapidement que toi, contacte-nous. Nous t’accompagnerons dans cette nouvelle aventure.

Je vous laisse, j’ai mon potage sur le feu.

par Margot, membre du collectif 25e heure